Cette semaine, Julie Bouchet nous présente l’histoire de son entreprise familiale : Garage du Midi

Comment tout a commencé ?

“Mon père était d’abord carrossier en bord de mer. 

En 1984, il a acquis sa première dépanneuse pour proposer un service complémentaire. 

Il récupérait les voitures cassées chez les gens, leur prêtait une voiture en attendant, puis une fois la réparation terminée, il faisait l’échange. 

Grâce à un contact de mon frère, il a ensuite commencé à traiter les appels de gendarmerie et dépanner dans son secteur. 

Étant lassé de cette activité trop saisonnière, il s’est mis à regarder l’argus toutes les semaines, jusqu’au jour où il est tombé sur la vente d’une affaire de dépannage-remorquage dans les annonces. Étant donné qu’ il a toujours tenu des ateliers mécaniques, il a décidé d’en faire l’acquisition.

On a ensuite déménagé à Pland’Orgon le jour où mon frère a obtenu son permis de conduire. Nous étions 4 enfants, on est partis qu’avec nos voitures et nos affaires en main pour commencer l’aventure Garage du midi. 

Mon père avait dû mettre tellement d’argent dans la société de carrosserie, qu’il a tout vendu pour payer ses crédits. 

Quand on est arrivés il n’y avait qu’une vieille bâtisse avec des murs humides, pas de salle de bain et de très vieux camions mal entretenus mais fonctionnels. 

En plein mois de mai, l’été commençait pour le dépannage, à l’époque il n’y avait pas trop de patrouilleur sur l’autoroute, c’était les dépanneurs qui patrouillaient au cas où il y aurait une panne. On a eu tellement la tête dans le guidon qu’à la fin de l’été mon père a réussi à payer les déménageurs pour récupérer nos meubles mis en dépôt jusque là. 

Garage du Midi est parti de rien, au fur et à mesure mon père l’a fait évoluer et a commencé également à multiplier son personnel 5 ou 6 ans après.

Mon frère a souhaité développer le transport, ma sœur, l’a rejoint après avoir passé son attestation de capacité de transport, et moi j’ai gardé ce noyau dur du dépannage. 

Mon père a toujours eu cette ambition d’évoluer, de grandir, d’acquérir d’autres dépôts : il y a eu ensuite celui d’Isle-sur-la-sorgue, puis celui de Salon de Provence qui marche maintenant presque mieux que le dépôt initial. 

Pour ma part, j’ai commencé en 1997, j’ai passé mon bac et mon bts en alternance chez mon père, j’aidais ma sœur, en effet nous avions des méthodes assez précaires par exemple on utilisait un tableau excel pour répertorier les missions qui avaient été faites, celles en transport, etc. Je me souviens même que je faisais les cartes de transport aux gars en faisant des photocopies des atlas et je mettais des points jaunes pour leur dire quelle voiture faire en premier. Depuis ce temps ça a bien changé. 

Dans l’entreprise je suis un couteau suisse je fais du dépannage, du dispatch, de la facturation, je gère le téléphone, la totale. 

Côté gestion, je donne la marche à suivre, c’est hyper important d’être polyvalent.”

Que pensez-vous de PowerPanne ?

Ça doit faire 4 ans que nous avons PowerPanne.

En 2000 on a commencé à avoir les premiers logiciels de dépannage, et dés que j’ai entendu parler de PowerPanne, j’ai couru pour l’avoir. J’ai d’abord rencontré Julien le patron qui m’avait fait une démo. 

Ma sœur appréhendait cette nouvelle méthode sans papier, bien que je lui disais que c’était au contraire un avantage. Je l’ai convaincue que c’était un énorme gain de temps, une solution économique, qu’on pouvait gérer le dépanneur à distance, savoir ce qu’il fait, sa localisation, tout simplement une vraie application performante. 

J’ai mis 1 an pour convaincre ma sœur. Nous n’avons pas décidé tout de suite car il a fallu réorganiser nos tâches dans un premier temps, elle dans le transport et ressources humaines, moi dans le dépannage et dépôt et camions, pour qu’on évite de se marcher dessus.

Une fois qu’on a tout restructuré, j’ai décidé de prendre PowerPanne. J’ai également recommandé PowerPanne à plusieurs entreprises. 

C’est une application très intuitive, même mon fils de 13ans sait l’utiliser. Grâce à PowerPanne mon téléphone s’est arrêté de sonner et j’ai pu prendre du temps libre dès le premier week-end, chose que je n’avais plus fait depuis longtemps.

Toute l’équipe PowerPanne remercie Julie Bouchet d’avoir partagé avec nous son histoire !

Envie d’une démonstration personnalisée pour découvrir ce que nous pouvons faire pour vous ?

Prenez un RDV dès maintenant .

Contactez-nous